Le sport au féminin

La place croissante des pratiquantes féminines est l’une des principales évolutions du sport à Nanterre. Entre 2006 et 2015, en prenant l’exemple de l’Entente sportive de Nanterre (ESN) qui a enregistré une progression de 33% du nombre de licenciées pour atteindre 3 826 adhérentes. La création d’une section féminine à l’AJSCN ainsi qu’au encore au Racing Nanterre Rugby, qui sont des sports encore très masculins, renforce ce constat à l’échelle de Nanterre.

Toutefois, la pratique féminine reste encore minoritaire par rapport à la pratique masculine. Des freins à la féminisation de certaines disciplines traditionnellement réservées aux hommes existent et persistent à Nanterre mais également d’une manière plus globale. Nous relevons néanmoins à Nanterre des efforts notoires pour certains sports comme la boxe, le football ou le rugby ; c’est un mouvement qu’il faut accompagner et amplifier.
Un autre frein important au développement du sport féminin est la difficile compatibilité entre une pratique régulière et les contraintes familiales auxquelles sont confrontées nombre de femmes quand elles deviennent mères de famille. Mais le changement de statut familial n’est pas le seul facteur, puisqu’on constate notamment dans les quartiers populaires que les jeunes filles qui pratiquent une activité sportive, ont tendance à arrêter plus rapidement. La liste n’est pas exhaustive, mais cette charte entend agir autant que possible sur ces multiples freins en étroite concertation avec les acteurs du mouvement sportif Nanterrien.

LES ENGAGEMENTS

1 • Lancer un appel à projet à destination des associations sportives nanterriennes sur la thématique du sport au féminin, en aidant à la mise en œuvre du(es) projet(s) le(s) plus utile(s) et innovant(s) ;

2 • Promouvoir un plus grand nombre de femmes en tant qu’éducatrices sportives, arbitres et dirigeantes des clubs ;

3 • Accorder une place plus importante au sport féminin
dans les medias et notamment les médias locaux, dont
le magazine municipal avec par exemple une rubrique récurrente sur le sport féminin pour le valoriser ;

4 • Promouvoir des équipes ainsi que des séances d’entrainement mixtes, source de motivation et de progression ;

5 • Mettre en place des mesures favorisant l’inscription
des jeunes filles dans les clubs avec par exemple une réduction du montant de l’adhésion pour la première saison d’inscription ou bien en bénéficiant du parrainage d’une personne déjà licenciée dans le club ;

6 • Impliquer et accorder d’avantage de visibilité aux athlètes féminines lors des manifestations sportives sur la ville ;

7 • Proposer des mesure innovantes favorisant la pratique sportive des parents, et plus particulièrement des mères avec la mise à disposition par le club d’une « garderie sportive » pour les enfants encadrée par un éducateur ou bien par roulements entre parents ;

8 • Proposer des ateliers de sensibilisation à lapratique féminine dans le cadre du sport scolaire et des activités périscolaires (Après l’école), dès l’école maternelle.

9 •  Encourager les clubs nanterriens à organiser des « journées copines » à l’instar de ce que propose le Racing club Nanterre. Le temps d’une journée d’initiation, une joueuse licenciée vient accompagnée d’une amie afin de l’initier et lui faire découvrir cette pratique sportive.
Elle pourra par la suite s’inscrire si elle le souhaite ;

10 •  Proposer des interventions d’athlètes féminines de haut niveau auprès des jeunes sportives de la ville, comme facteur d’exemplarité et d’identification ;

11 •  Donner le nom d’athlètes célèbres à un ou plusieurs équipements sportifs de la ville, notamment ceux qui ne portent pas encore de noms propres et ont des dénominations « neutres ».

TÉMOIGNAGE

ANISSA MEKSEN,
Championne du monde de boxe Thaï

J’ai commencé la boxe à l’âge de 12 ans sous l’influence de mon petit frère Mehdi et depuis c’est une véritable passion. Dès ma première année de pratique, j’ai été championne de France et depuis mon objectif était clair : devenir championne du monde et pourquoi pas la plus titrée de l’histoire. Je suis fière de représenter la gente féminine dans cette pratique qui est la boxe thaï. Par ma persévérance, ma ténacité, ma rigueur, mon goût du travail bien accompli et mon courage aujourd’hui, avec 11 titres de championne du monde toutes catégories confondues, je suis une femme heureuse et fière de mon parcours. Le sport est pour moi une véritable passion et La boxe est actuellement mon métier. Avec Benoît mon entraîneur manager, nous travaillons beaucoup sur mon image afin de développer ma popularité. Il a énormément contribué à ma réussite et a fait de moi La championne que je suis. Le succès n’est pas la clé du bonheur. Le bonheur est la clé de la réussite. Si vous aimez ce que vous faites, vous réussirez.