Home > Musculation > Turkesterone : miracle ou arnaque ?

Turkesterone : miracle ou arnaque ?

épinards

La turkesterone suscite aujourd’hui beaucoup d’engouement dans le milieu du sport et de la musculation. Vantée comme une alternative naturelle aux stéroïdes anabolisants, elle promet monts et merveilles. Mais que savons-nous réellement de cette substance ? Est-elle vraiment miraculeuse ou s’agit-il au contraire d’une arnaque ? Nous allons examiner en détail les données scientifiques disponibles afin de faire la lumière sur les vertus supposées de la turkesterone, ainsi que sur ses risques potentiels.

Qu’est-ce que la turkesterone ?

La turkesterone est un composé naturel de la famille des ecdystéroïdes. On la trouve dans certaines plantes comme le brocoli chinois ou le fenouil. Il s’agit plus précisément d’un phytostéroïde, c’est-à-dire un stéroïde d’origine végétale. Contrairement aux stéroïdes anabolisants de synthèse comme la testostérone, la turkesterone est donc une substance naturelle.

Cela explique en partie pourquoi elle suscite tant d’intérêt : étant donné son origine végétale, beaucoup considèrent la turkesterone comme une alternative “propre” et sans danger aux stéroïdes classiques. Cependant, même si la turkesterone est naturelle, cela ne garantit pas forcément son innocuité, comme nous le verrons plus loin.

Au niveau chimique, la turkesterone présente une structure relativement proche de celle du cholestérol. Tout comme ce dernier, elle possède donc un noyau stéroïde à 4 cycles. On dit d’ailleurs parfois que la turkesterone est un “analogue du cholestérol”.

Voir aussi :  Combien de temps faut-il pour prendre du muscle ?

Cette similarité structurale avec le cholestérol pourrait expliquer en partie les propriétés biologiques de la turkesterone. En effet, de nombreux stéroïdes naturels dérivés du cholestérol, comme les hormones sexuelles, ont d’importantes activités physiologiques.

Les bienfaits supposés de la turkesterone

Examinons maintenant de plus près les effets positifs que serait censée procurer la turkesterone selon ses promoteurs.

Augmentation de la masse musculaire

L’intérêt principal de la turkesterone réside dans ses prétendues propriétés anabolisantes, c’est-à-dire sa capacité à stimuler la croissance musculaire. En augmentant la synthèse protéique au niveau des muscles, la turkesterone permettrait d’accroître progressivement la masse et le volume musculaires.

Cet effet serait particulièrement intéressant pour les culturistes et les sportifs souhaitant s’entraîner plus intensément et développer leur masse musculaire. La turkesterone leur offrirait alors une alternative naturelle aux stéroïdes anabolisants classiques.

Cependant, même si certains résultats préliminaires semblent encourageants, très peu d’études cliniques à ce jour ont réellement démontré un effet anabolisant chez l’humain. Des recherches plus poussées sont encore nécessaires pour confirmer cet effet ergogène.

Réduction de la graisse corporelle

Outre le développement musculaire, les défenseurs de la turkesterone affirment qu’elle favoriserait également la perte de graisse corporelle. En augmentant la lipolyse, c’est-à-dire la dégradation des graisses, la turkesterone permettrait de réduire le pourcentage de masse grasse.

Associée à un entraînement adapté, elle contribuerait donc à l’obtention d’une silhouette plus sèche et définie. Là encore cependant, très peu de données viennent étayer cette propriété chez l’humain. Des études rigoureuses sont nécessaires avant de tirer des conclusions.

Amélioration des performances sportives

Enfin, certains avancent que la turkesterone pourrait indirectement améliorer les performances sportives. En augmentant la masse musculaire et en réduisant la masse grasse, elle permettrait d’accroître la force et l’endurance des athlètes.

Voir aussi :  Décryptage du phénomène CrossFit

Toutefois, en l’absence d’études cliniques solides chez les sportifs, il est impossible à l’heure actuelle de confirmer cet effet ergogénique. Rien ne prouve que la prise de turkesterone se traduise réellement par de meilleures performances.

Les risques et effets secondaires potentiels

Bien qu’elle soit d’origine naturelle, la turkesterone pourrait également présenter certains risques et effets indésirables pour la santé.

Interactions médicamenteuses

Tout d’abord, la prise de turkesterone n’est pas recommandée chez les personnes suivant déjà un traitement médicamenteux. En tant que composé actif, la turkesterone est susceptible d’interagir avec divers médicaments et d’en modifier les effets.

Avant d’envisager toute supplémentation, il est donc indispensable de demander l’avis de votre médecin afin d’évaluer d’éventuelles contre-indications ou interactions médicamenteuses.

Troubles hormonaux

De par sa structure stéroïdienne, la turkesterone pourrait également provoquer des troubles hormonaux, notamment une diminution de la production naturelle de testostérone. En inhibant l’axe hypothalamo-hypophysaire, elle risquerait à terme de supprimer la synthèse des hormones sexuelles.

Bien que cela n’ait pas été démontré chez l’humain, cette possibilité ne peut être exclue et mérite d’être étudiée avant toute utilisation prolongée de turkesterone.

Problèmes cardiovasculaires

Enfin, certains spécialistes mettent en garde contre d’éventuels effets secondaires cardiovasculaires. En particulier, la turkesterone pourrait entraîner une élévation de la pression artérielle et une accélération du rythme cardiaque.

Là encore, des études approfondies sont nécessaires pour confirmer ou infirmer ces risques potentiels. Mais par précaution, les personnes souffrant de pathologies cardiaques devraient éviter la turkesterone.

Faut-il utiliser la turkesterone ?

Au vu des données actuellement disponibles, il nous semble prématuré de recommander l’usage de la turkesterone, que ce soit à des fins de performances sportives ou d’amélioration de la musculature. Bien que certains résultats semblent prometteurs, les preuves d’efficacité réelle chez l’humain font encore défaut.

Voir aussi :  La musculation comme remède contre la dépression

De plus, les risques et effets secondaires potentiels ne sont pas à négliger. Même d’origine naturelle, tout composé actif peut avoir des répercussions sur l’organisme. Or nous manquons encore de recul sur les conséquences d’un usage prolongé de turkesterone.

Dans ces conditions, la prudence s’impose. Tant que des études cliniques de plus grande ampleur n’auront pas démontré l’innocuité et les bénéfices réels de la turkesterone, mieux vaut s’en tenir à une alimentation équilibrée et un entraînement adapté. Rien ne vaut les méthodes traditionnelles et éprouvées pour progresser !

Conclusion

Produit miracle ou substance dangereuse ? La vérité se situe probablement entre ces deux extrêmes. La turkesterone n’est ni une potion magique capable de booster les performances, ni un composé hautement toxique.

Des recherches plus poussées sont encore nécessaires pour déterminer son intérêt réel et ses éventuels dangers. En attendant, ne succombez pas aux sirènes marketing et reste prudent vis-à-vis de ce type de “booster” dont les bienfaits sont encore très hypothétiques. Pour progresser, misez avant tout sur un entraînement et une alimentation adaptés à vos objectifs.